L'aromathérapie est souvent associée à la Phytothérapie, le terme « phyto-aromathérapie » est d'ailleurs souvent employé par les spécialistes.

Le terme d'aromathérapie recouvre des pratiques très variées utilisant les huiles essentielles par exemple sous forme d'onction (dissolution dans une huile), de crème ou de lotion (émulsion huile dans l'eau) pour l'usage externe. Elle est également employée par voie orale pour certaines huiles essentielles. Les aérosols obtenus par nébulisation des huiles essentielles sont aussi utilisés, mais la dispersion dans l'atmosphère d'une pièce obtenue grâce à l'utilisation de diffuseurs spéciaux est très répandue.

Les huiles essentielles sont des substances très coûteuses et très recherchées.

Les huiles essentielles se dégradent vite si elles sont mal conservées (lumière, oxygène de l'air, température).

Il est très important de se procurer des huiles essentielles de qualité garantie et de s'adresser à des personnes qualifiées en aromathérapie.

Les usages les plus courants des huiles essentielles sont :

 

·   L'automédication de confort, le calme et la relaxation (bains, massages, cosmétiques) et la préparation à l'endormissement.

·      une des composantes des médecines traditionnelles et de la naturopathie.

·      une utilisation aromatique en psychologie.

·      la désinfection et la cicatrisation des plaies ou le traitement de traumatismes : brûlures, etc.

·      la complémentation à un traitement médical chronique.

·      la dermatologie et la cosmétique dermatologique.

 

En aromathérapie on limite toujours les traitements à base d'huiles essentielles pour les très jeunes enfants et pour les femmes enceintes (surtout au cours des trois premiers mois lorsque les tissus sont en formation), pour les personnes allergiques (asthmatiques, etc.), pour les animaux comme les chiens et les chats.

La pratique de l'aromathérapie nécessite toujours l'avis d'un professionnel averti.

Certaines huiles essentielles sont très bien tolérées pures sur la peau, mais elles sont l'exception. Certaines huiles essentielles sont dermocaustiques, c'est-à-dire qu'elles irritent ou altèrent la peau.

La plupart des huiles essentielles peuvent être diluées le plus souvent au 1/10 voire au 1/20 ou au 1/100 (concentration faible, courante pour l'utilisation des huiles essentielles en cosmétologie) c'est-à-dire de 20 %, 10 %, 5 % ou 1 % dans une huile végétale (d'amande douce, d'avocat, d'argan, de macadamia, Jojoba etc.) ou dans un excipient lipophile (crème, lait).

Certaines huiles essentielles se potentialisent mutuellement et sont donc plus efficaces en association. Les formules associant différentes huiles essentielles dans certaines indications, telles celles reprises dans la littérature spécialisée ont donc un sens.

Les activités antibactériennes et anti-infectieuses des huiles essentielles sont aujourd'hui scientifiquement démontrées, d'autres activités pharmacologiques font encore l'objet de recherches.

 

Les propriétés des huiles essentielles sont multiples :

 

·      anti-infectieuses, antibactériennes, antimycotiques, antivirales, antiparasitaires  (dues aux phénols, à l'ascaridole, etc.), insectifuges et insecticides (citronnelle de Ceylan, camphre du camphrier du Japon, etc.)

·      anti-inflammatoires.

·      anticatarrhales : expectorantes (dues au 1,8-cinéol), mucolytiques.

·      anti-histaminiques.

·      antispasmodiques (dues aux éthers et aux esters).

·      antalgiques, analgésiques et anesthésiques.

·      calmantes, hypnotiques et anxiolytiques.

·      antihématomes (HE d'hélichryse italienne), hémostatiques, hypotensives

·      propriétés digestives.

·      antitoxiques

·      antivenimeuses

·      antirhumatismales

·      stimulantes ou apaisantes

·      aphrodisiaques

·      etc.

La composition chimique (chémotype) des huiles essentielles varie en fonction du pays de récolte, de l'altitude, de l'ensoleillement, des conditions de récolte, de la qualité de la distillation, de l'entreposage : ces facteurs peuvent modifier leurs propriétés.